Accueil Actualités Aurore Asso Aurore Asso: Sélection pour les championnats du monde d'apnée 2019

Retour

Aurore Asso: Sélection pour les championnats du monde d'apnée 2019

Après la compétition du 22 et 23 juin, il me restait une dernière épreuve pour les qualifications dans l'équipe de France hier, dimanche 7 juillet
Et c'est une sorte parcours initiatique qui m'attendait sur l'eau.

La journée a commencé par un orage de chaleur rythmé par des grêlons. Et comme j'avais opté pour le minimalisme absolu, c'est à dire la combinaison de 1mn, 1 kg  et un bonnet de natation, j'ai du me couvrir de cirés de marin et d'une bonne armure de courage.On peut dire que l'éclair sur la mer quand on a démarré le bateau  puis une fois ancrés,  le courant de surface, les vagues naissantes et le vent ne m'ont pas vraiment rassurée!

Pourtant il y a une raison essentielle pour laquelle j'ai évité l'escalade du stress: mon annonce conservatrice, 49.
J’avais fait 48 le jeudi et décidé de ne pas céder à la surenchère métrique des sélections. Annoncer un mètre de plus pour être certaine de maîtriser ma performance malgré les imprévus de Mer mère et dormir tranquille. Si j'avais annoncé 50, il aurait été difficile, voire risqué de plonger en acceptant cette météo inhospitalière...mais là heureusement j'avais une petite marge de sécurité. Alors je me suis concentrée et j'ai plongé en suivant  la dynamique positive de ma visualisation de la veille.
49m en 2mn11! J'ai carburé, je suis allée vite et mes ciseaux de jambes étaient plus forts que d'habitude.  C'était la première fois que j'avais une sensation de vitesse en brasse à la remontée. Tout le travail de brasse hivernal avec ma combinaison de 7mn et mes 6kg j'en ressentais enfin les fruits.

Je suis ressortie de l'eau avec un grand sourire comme celui qu'on a au sommet d'une montagne quand on peut enfin embrasser la vue dont on rêvait en faisant son ascension.  J'étais heureuse, soulagée de cette pression des sélections, car cette plongée validée, j'étais enfin sûre de faire partie de l'équipe. Finalement à la fin de la matinée,  comme par enchantement, le vent est parti et le soleil a percé les nuages. Je pensais alors en souriant à l'horizon que Mer mère avait mis sur ma route des complications comme elle l'a fait sur celle d'Ulysse pour tester sa clairvoyance et son calme intérieur. L'odyssée continue:  il me reste 8 semaines pour progresser jusqu'aux championnats du monde!