Accueil Actualités Retour en compétition : Nice Abyss Contest

Retour

Retour en compétition : Nice Abyss Contest

Après un break mental d'une année en 2018, première compétition de la saison 2019, le Nice Abyss Contest le week end dernier.
J'ai décidé de me consacrer à la brasse pour mon retour en compétition car c'est la discipline qui me donne me rapproche le plus de la vie marine.
Je rêve du jour où mes mains et les pieds s'appuieront sur l'eau comme des nageoires et il me faudra encore des heures et des heures d'entraînement pour le ressentir.
Cette compétition était une belle reprise. Continuant ma philosophie des petits pas sous la mer, j'ai annoncé 46 mètres le premier jour. Puis, une fois cette performance validée 47 mètres le lendemain.
J'arrive au final deuxième dans cette discipline avec deux plongées à la fois dynamique et sereines et surtout le plus important, terminées par un grand sourire aux juges au moment de faire mon protocole.
J'aurais pu annoncer 49 le deuxième jour pour viser la première place, mais j'ai préféré rester sur ma dynamique de construction et assurer les fondations du château avant de me précipiter pour assembler les pierres du donjon. J'ai tout l'été pour construire le donjon et enfin embrasser la vue plongeante à son sommet.

L'année dernière, j'ai plongé sans obligation de résultat pour garder mon niveau et surtout  le plaisir d'être en mer. Cette année de break m'a permis de réfléchir et toutes les compétitions antérieures ont  décanté dans ma tête.Il m'est apparu sans aucune doute, que ma plus belle plongée en compétition a été celle de mon record à 76 m en poids constant aux championnats du monde en 2012, parce qu'elle était pleine d'aisance et remplie d'une force vitale et joyeuse.
Une seule raison à cela : j'avais fait plus à l'entraînement et j'étais dans la maîtrise de mon art.  C'est exactement  avec cet esprit là que je reprends la compétition cette année car c'est le seul moyen de préserver le lien fusionnel que j'ai crée avec la mer et d'aller encore plus loin et plus profond. 2012 était aussi la première année où Thalgo me sponsorisait et le soutien de toute l'équipe est aussi durable et fort que ma quête des profondeurs.

J'ai ressenti comme une libération lors de cette compétition après mon année de césure, celle de pouvoir parcourir la colonne d'eau à la seule force de mes bras et de mes jambes avec un mental serein et plus fort. C'était une façon d'affirmer en ces  premiers jours de l'été, sur la grande page bleue de la mer ma liberté d'expression.